Séminaire CMTU/JILAF sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail en Mongolie

La JILAF et la Confédération des syndicats de Mongolie (CMTU) ont organisé conjointement un séminaire en ligne sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail les 4 et 5 novembre 2020. Au total, 124 personnes ont participé au séminaire, non seulement à Oulan-Bator, mais aussi dans les provinces de Sukhbaatar, de Dornod et de Khentii, situées dans l'est de la Mongolie.
Pour commencer, des allocutions ont été données par le président de la JILAF, M. Hiroyuki Nagumo, et le président de la CMTU, M. Amgalanbaatar Khayankhyarvaa, qui ont tous deux expliqué le but et l'objectif du séminaire aux participants.
Par la suite, après avoir mentionné l'état actuel de la Covid-19 au Japon et les mesures prises pour minimiser l'impact de la pandémie sur l'emploi, le vice-secrétaire général de la JILAF, M. Toshihiro Saito, a abordé le sujet du rôle et des problèmes des syndicats, expliquant de manière détaillée l'histoire du mouvement syndical japonais, la situation actuelle et les problèmes présents des syndicats japonais ainsi que la fonction et le rôle qu’ont ces syndicats japonais (luttes syndicales du printemps, mouvement pour la productivité, consultations patronat-syndicat, etc.).
Le secrétaire général de la CMTU, M. Adiya Ggorchinsure, a ensuite donné des explications sur des sujets tels que (1) l'analyse de la situation actuelle de la société, de la politique et de l'économie en Mongolie ainsi que les mesures prioritaires adoptées par les syndicats, (2) le renforcement des rôles et devoirs respectifs des organisations centrales et régionales pour atteindre les objectifs organisationnels de la CMTU (renforcement du développement des ressources humaines, expansion de l'organisation, etc.) et (3) les nouveaux problèmes rencontrés par les travailleurs suite aux conséquences de la Covid-19, les mesures prises par le gouvernement jusqu'à présent et les propositions faites par les syndicats.
Ensuite, des rapports sur l'état des activités syndicales, les problèmes, etc. dans les provinces de Sukhbaatar, de Dornod et de Khentii ont été présentés. Ces rapports indiquaient des problèmes communs dans l'expansion de l’organisation au niveau des soum (comté). Les principaux points évoqués ont été (1) le fait que la plupart des syndicats sont organisés par des travailleurs du secteur public régional et très peu par des travailleurs d'entreprises privées, (2) le fait qu’il n'y a pas de bureaux syndicaux au niveau des soum, entraînant des activités syndicales assez limitées car les responsables syndicaux doivent faire leur propre travail et (3) le fait que pour l'expansion de l'organisation, il est nécessaire d'améliorer les connaissances et les compétences des cadres syndicaux et de renforcer la base financière des syndicats.
En réponse à ces rapports, le secrétaire général de la CMTU, M. Adiya, a déclaré que les 365 comtés de Mongolie comprenaient surtout des petites entreprises et qu’un grand nombre de travailleurs informels étaient engagés dans des activités de travail nomade ou d’agriculture, mais que la CMTU voulait cibler l'organisation de ces travailleurs à l'avenir. Il a également déclaré que la CMTU voulait créer des opportunités pour les cadres syndicaux au niveau des comtés afin qu’ils puissent étudier des sujets tels que le mécanisme des consultations tripartites, les bonnes relations patronat-syndicat et le travail décent en se référant à des exemples japonais.
Une session de questions-réponses a suivi, au cours de laquelle les participants de chaque province ont posé des questions sur la révision de la législation du travail, le relèvement de l'âge légal de la retraite, le non-paiement des salaires, etc. Outre les réponses données par les départements du siège de la CMTU, la JILAF a également fait des remarques pertinentes sur la base d’exemples au Japon.
Après avoir exprimé sa gratitude pour les nombreuses déclarations enthousiastes et tournées vers l'avenir des participants dans les trois provinces de l'est de la Mongolie, le président de la JILAF, M. Nagumo, a proposé un mot de conclusion : « J'espère que les organisations régionales et l'organisation centrale de la CMTU se rassembleront et feront preuve de leur force en tant que syndicats ayant la confiance de la société, grâce à l’élaboration de politiques à l’attention des populations locales se positionnant du point de vue des gens ordinaires. » Le secrétaire général de la CMTU, M. Adiya, a ensuite conclu le séminaire en déclarant : « L'organisation des travailleurs du secteur informel sera dorénavant une question prioritaire. Grâce à la coopération de tous ceux ayant participé à ce séminaire, nous nous efforcerons de développer notre organisation dans les provinces et d'augmenter la force organisationnelle de la CMTU dans son ensemble. »

Photos des participants