Équipe d’Eurasie

Message du président de la FTURK lors de la cérémonie d'ouverture

Suite aux restrictions d'entrée au Japon dues à la propagation de la Covid-19, la JILAF organise des réunions en ligne via Internet, à la place d'inviter les participants au Japon pour prendre part à des programmes de formation.
Dans ces conditions, 11 personnes (dont 3 femmes) dans trois pays, à savoir la Biélorussie, le Kazakhstan et l’Ukraine, ont participé au programme en ligne de l’Équipe d’Eurasie se tenant du 21 au 25 septembre 2020. Le programme s'est déroulé selon le calendrier prévu.
Ces trois pays étaient autrefois sous la sphère d'influence de l’Union Soviétique et entretiennent encore des liens étroits avec la Russie. Récemment néanmoins, la Chine, qui promeut l’initiative d’une « nouvelle route de la soie », y étend également son influence. Dans cette formation, les participants au Kazakhstan, où de nombreuses entreprises japonaises sont implantées et qui demande au Japon de réaliser davantage d'investissements, en Ukraine, qui compte le deuxième plus grand nombre d'entreprises japonaises, et en Biélorussie, qui attire également l'attention des entreprises japonaises ces dernières années grâce à la croissance de son industrie des technologies de l'information, ont pu s'informer sur l’établissement de relations patronat-syndicat constructives et sur d'autres sujets.
Lors de la cérémonie d'ouverture, qui s'est déroulée en ligne et en direct, de l'intérêt a été manifesté au sujet du mouvement syndical ainsi qu’au sujet de la prévention et du règlement des conflits patronat-syndicat au Japon. Par ailleurs, le Président de la Fédération des syndicats de la République du Kazakhstan (FTURK), M. Satybaldy Dauletalin, a expliqué l'importance du programme et exprimé sa gratitude envers la JILAF.
Lors d'une conférence sur le rôle et les défis du mouvement syndical japonais, les participants ont pu se faire une idée globale de ce que le programme aurait à leur apprendre. Des présentations leur ont été données à propos de questions telles que : la transformation des syndicats dans la société et l'économie d'après-guerre du Japon et la situation actuelle des syndicats ; les efforts visant à prévenir les conflits patronat-syndicat et à assurer la stabilité de l'emploi par des relations patronat-syndicat constructives en opérant la distinction entre la négociation collective et les consultations patronat-syndicat ; les luttes syndicales du printemps ; la tenue de consultations tripartites (gouvernement-syndicat-patronat).
Lors d'une conférence sur la législation du travail soutenant le mouvement syndical et le système de sécurité sociale, les participants ont pu approfondir leur compréhension de ces sujets grâce à un contenu couvrant les lois relatives au travail, telles que la Loi relative aux normes du travail et la Loi sur les syndicats, de même que les régimes de sécurité sociale.
Dans les conférences proposées par la RENGO (Confédération des syndicats japonais), la Division de la politique internationale a donné une présentation générale du siège de la RENGO et a apporté des explications sur des questions telles que les activités prioritaires et la campagne en faveur de la paix de la RENGO. Quant au Centre de promotion du travail équitable, il a présenté la situation de l'emploi au Japon et les initiatives de consultation syndicale, permettant ainsi aux participants d’approfondir leur compréhension.
Dans le cadre d'une conférence du ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, les participants ont reçu des explications sur des sujets tels que les caractéristiques des relations patronat-syndicat et des conflits patronat-syndicat au Japon, en plus d’un aperçu du travail du ministère.
Dans une conférence sur le leadership syndical, après un aperçu, entre autres, de la disposition mentale des leaders syndicaux et du rôle social des syndicats, les participants ont pu apprendre l'importance de s'engager dans le mouvement syndical tout en tenant compte des problèmes variés auxquels chaque pays est confronté et en adoptant une perspective à moyen et long terme.
Lors d'une conférence donnée par le Centre japonais de productivité, les participants ont reçu des explications sur les trois principes directeurs de la productivité et les relations patronat-syndicat à la japonaise, leur permettant d’approfondir leur compréhension de la contribution des syndicats japonais à l'amélioration de la productivité et des trois principes directeurs de la productivité.
Lors d'une présentation donnée par la Conférence nationale des associations de petits entrepreneurs (Chudokyo), après un aperçu du ratio et des caractéristiques des petites et moyennes entreprises au Japon, des explications, se référant à des cas spécifiques, ont été données aux participants sur la forme souhaitée des relations patronat-syndicat dans les PME et les résultats qui doivent en découler.
Lors d'une conférence donnée par le Conseil national de la protection sociale des travailleurs (Chuo Rofukukyo), les participants ont découvert l'histoire du mouvement pour la protection sociale des travailleurs au Japon et ses activités actuelles.
Au cours de discussions, les cadres de la JILAF ont répondu aux questions des participants, qui ont eux-mêmes par la suite proposé les plans d'action suivants :
(1) « J'ai compris que le rôle du syndicat est important pour augmenter les bénéfices de l'entreprise. En Ukraine, il n'existe pas de concept de distribution des profits aux travailleurs, je voudrais donc élaborer des politiques utilisant la philosophie du mouvement pour la productivité. » (Ukraine)
(2) « Je vais organiser des séminaires sur les activités des femmes et les qualités requises chez les dirigeants syndicaux. » (Biélorussie)
(3) « Je veux consacrer des efforts à l'amélioration de la sécurité sociale. J'aimerais créer une organisation comme les banques de travail au Japon. » (Kazakhstan)
Bien que quelques difficultés se soient présentées au début, dues notamment aux liaisons de communication, le programme s'est globalement déroulé dans une atmosphère amicale et avec une participation active. D’un autre côté, de nombreux participants ont manifesté un désir extrêmement fort de se rendre au Japon afin de s'informer directement sur les activités et les contextes des syndicats japonais et des organisations connexes ainsi que pour rencontrer et discuter avec les personnes impliquées.

Liste des organisations ayant participé à cette visite

Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires socialesRENGO (Confédération des syndicats japonais)
Centre japonais de productivitéConférence nationale des associations de petits entrepreneurs (Chudokyo)
Conseil national de la protection sociale des travailleurs (Chuo Rofukukyo)

Un grand merci à tous.

Photos des participants

Discussions avec les participants dans chaque pays

Message du président de la JILAF lors de la cérémonie de clôture

Participants de la JILAF