Équipe de prévention des conflits patronat-syndicat

Les participants écoutent une conférence en ligne en Chine.

Selon le calendrier initial, la JILAF devait successivement inviter au Japon, à partir de mai 2020, des stagiaires originaires de divers pays dans le cadre de son programme d'invitation. Or, suite aux restrictions d'entrée au Japon dues à la propagation de la Covid-19, le début des invitations au Japon avait été reporté au mois d'août dans l'espoir que ces restrictions d'entrée soient levées ou assouplies.
Les restrictions d'entrée et autres mesures adoptées pour faire face à la pandémie de Covid-19 ne montrant aucun signe d'assouplissement, la JILAF a finalement décidé d'annuler le programme d'invitation. Toutefois, compte tenu du fait que ce programme est mis en œuvre sous le mandat du ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, du besoin extrêmement important de ce programme dans les pays en développement et d'autres facteurs, la JILAF a entrepris de revoir le programme plutôt que de l'abandonner complètement et a ensuite organisé des réunions en ligne avec des liens vers des sites dans d'autres pays par le biais d’Internet. (Voir l'article connexe listant les détails du programme d'invitation pour l'exercice 2020, posté le xxxxxxxx.)

Révision du programme
Du fait que certains aspects du programme, comme les visites régionales, nécessitant une présence au Japon étaient impossibles à réaliser et que les conférences et les discussions avec interprétation simultanée étaient difficiles à organiser, il a été décidé, après consultation avec le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, d'apporter les révisions suivantes :
--- Les équipes seraient divisées en fonction de la langue et des dates révisées.
--- Le contenu des conférences serait revu et le format de la Réunion de présentation de la situation du travail serait modifié, un contenu identique étant présenté par écrit et résumé.
--- Les conférences seraient enregistrées (doublées) à l'avance dans différentes langues et distribuées à la demande.
--- Des réunions en ligne en direct auraient lieu le premier et le dernier jour, pour des discussions avec des cadres de la JILAF.

Équipe de prévention des conflits patronat-syndicat
Dans ces conditions, le programme pour l'équipe de prévention des conflits patronat-syndicat a été organisé pour un total de sept participants : trois participants en Chine (dont une femme) du 24 au 27 août et quatre participants en Inde du 31 août au 3 septembre 2020. Le programme s'est déroulé selon le calendrier prévu.
Ce programme de prévention des conflits patronat-syndicat a été mis en œuvre pour les syndicalistes en Chine et en Inde, deux pays qui connaissent un nombre relativement important de conflits patronat-syndicat et où sont implantées de nombreuses entreprises japonaises. L'objectif du programme était de renforcer et de développer les relations patronat-syndicat dans chaque pays en permettant aux participants de s'informer de manière approfondie sur les développements les plus récents en matière de relations patronat-syndicat au Japon et sur d'autres sujets. Deux participants en Inde étaient des responsables syndicaux dans une entreprise japonaise et un participant en Chine était chargé de la prévention des conflits patronat-syndicat.
Lors de la cérémonie d'ouverture, qui s'est déroulée en ligne et en direct, de l'intérêt a été manifesté au sujet du mouvement syndical ainsi qu’au sujet de la prévention et du règlement des conflits patronat-syndicat au Japon et l’enthousiasme de tous était manifeste.
Lors d'une conférence sur le rôle et les défis du mouvement syndical japonais, les participants ont pu se faire une idée globale de ce que le programme aurait à leur apprendre. Des présentations leur ont été données à propos de questions telles que : la transformation des syndicats dans la société et l'économie d'après-guerre du Japon et la situation actuelle des syndicats ; les efforts visant à prévenir les conflits patronat-syndicat et à assurer la stabilité de l'emploi par des relations patronat-syndicat constructives en opérant la distinction entre la négociation collective et les consultations patronat-syndicat ; les luttes syndicales du printemps ; la tenue de consultations tripartites (gouvernement-syndicat-patronat).
Lors d'une conférence sur la législation du travail soutenant le mouvement syndical et le système de sécurité sociale, les participants ont pu approfondir leur compréhension de ces sujets grâce à un contenu couvrant les lois relatives au travail, telles que la Loi relative aux normes du travail et la Loi sur les syndicats, les moyens de régler les conflits patronat-syndicat, de même que les régimes de sécurité sociale.
Dans les conférences de la RENGO (Confédération des syndicats japonais), la Division de la politique internationale a donné une présentation générale du siège de la RENGO et a apporté des explications sur des questions telles que les activités prioritaires et la campagne en faveur de la paix de la RENGO, puis la Division des conditions de travail a présenté les luttes syndicales du printemps. Grâce à ces conférences, les participants ont pu approfondir leur compréhension de ces sujets.
Lors d'une conférence donnée par la Commission centrale des relations de travail, les participants ont reçu des explications sur la structure et la fonction des commissions des relations de travail, puis des explications concrètes sur le système d’assistance contre les pratiques de travail déloyales et le déroulement des procédures de filtrage, approfondissant ainsi leur compréhension du rôle joué par les commissions des relations de travail.
Au cours de discussions, les cadres de la JILAF ont répondu aux questions des participants, qui ont eux-mêmes par la suite proposé les plans d'action suivants :
(1) « Je vais continuer à comparer les systèmes de sécurité sociale de la Chine et du Japon. D'ici la fin de l'année, j'examinerai les accords de travail et le système de travail. » (Fédération nationale des syndicats de Chine [ACFTU])
(2) « J'ai approfondi ma compréhension des consultations tripartites du Japon et je veux les introduire dans mon organisation. » (Fédération nationale des syndicats de Chine [ACFTU])
(3) « Je veux améliorer les systèmes de prévention des conflits patronat-syndicat. » (Proposition commune aux deux pays)
(4) « Je vais essayer d'améliorer la productivité, de réduire les coûts et d'améliorer l'environnement de travail. » (Conseil national syndicats indiens [INTUC])
Dans le cas de l'Inde (INTUC), l’objectif était en quelque sorte lié au travail effectif dans un site de production, en partie parce que le programme avait lieu dans une usine. Néanmoins, on pouvait capter la détermination des participants expérimentés à mettre à profit les connaissances acquises dans le cadre du programme.
Malgré le fait qu'il s'agissait du premier programme en ligne depuis la création de la JILAF, les pays participants ont coopéré de manière importante aux préparatifs et à la phase d'essai, donnant ainsi une idée de leurs attentes vis-à-vis du programme. Bien que quelques difficultés se soient présentées au début, dues notamment aux liaisons de communication, le programme s'est globalement déroulé dans une atmosphère amicale et avec une participation active.
D’un autre côté, de nombreux participants ont manifesté un désir extrêmement fort de se rendre au Japon afin de s'informer directement sur les activités et les contextes des syndicats japonais et des organisations connexes ainsi que pour rencontrer et discuter avec les personnes impliquées.

Liste des organisations ayant participé à cette visite

RENGO (Confédération des syndicats japonais)Commission centrale des relations de travail

Un grand merci à tous.

Photos des participants

Discussions avec les participants chinois

Discussions avec les participants indiens

Cérémonie de clôture avec les participants indiens