Équipe du Mercosur et du Mexique

Cérémonie d'ouverture de la partie hispanophone (allocution du président de la JILAF)

Suite aux restrictions d'entrée au Japon dues à la pandémie de la Covid-19, le programme de l'équipe du Mercosur et du Mexique s'est également déroulé en ligne. Au total, douze personnes (dont neuf femmes) ont participé au programme : deux personnes (dont une femme) en Colombie et trois personnes (dont deux femmes) au Mexique - des pays hispanophones - du 12 au 16 octobre 2020 ; et sept personnes (dont six femmes) au Brésil - un pays lusophone - du 19 au 23 octobre 2020. Le programme s'est déroulé dans son intégralité selon le calendrier prévu.
Ces trois pays, qui ont attiré de nombreuses entreprises japonaises, sont liés au Mercosur (Marché commun du Sud), qui est considéré comme présentant un grand potentiel en tant que centre de fabrication et marché du monde. (Le Brésil est un membre permanent du Mercosur, la Colombie est un membre associé et le Mexique en fait partie en qualité d’observateur.) Dans un contexte de réformes de la législation du travail dans leurs pays, les participants ont fait preuve d'une attitude positive à l'égard du programme et d'un empressement à s'informer sur la situation et les politiques du travail au Japon, ainsi qu’à mettre ces informations à profit dans leurs propres activités.
En raison du décalage horaire, les sessions en ligne en direct ont commencé tard dans la nuit et se sont poursuivies jusqu'au lever du jour au Japon, néanmoins elles se sont déroulées sans problème. Les participants ont toutefois indiqué qu'ils aimeraient se rendre au Japon et voir de leurs propres yeux les activités et les conditions des syndicats japonais et de leurs organisations connexes.
Lors d'une conférence sur le rôle et les défis du mouvement syndical japonais, les participants ont pu se faire une idée globale des objectifs du programme. Des présentations leur ont été données à propos de questions telles que : la transformation des syndicats dans la société et l'économie d'après-guerre du Japon et la situation actuelle des syndicats ; les efforts visant à prévenir les conflits patronat-syndicat et à assurer la stabilité de l'emploi par des relations patronat-syndicat constructives orientées sur les discussions, en opérant la distinction entre la négociation collective et les consultations patronat-syndicat ; les luttes syndicales du printemps ; la tenue de consultations tripartites (gouvernement-syndicat-patronat).
Dans les conférences proposées par la RENGO (Confédération des syndicats japonais), la Division de la politique internationale a donné une présentation générale du siège de la RENGO et a apporté des explications sur des questions telles que les activités prioritaires et la campagne de la RENGO en faveur de la paix. Quant à la Division de l’organisation, elle a présenté les efforts d’expansion organisationnelle de la RENGO, permettant ainsi aux participants d’approfondir leur compréhension.
En ce qui concerne la législation du travail et le système de sécurité sociale du Japon, les participants ont étudié en détail les mécanismes de soutien aux travailleurs lors d'une conférence donnée par le JILAF, et ont bénéficié d’un aperçu du travail du Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales lors d'une conférence donnée par ce dernier, ce qui leur a permis d'approfondir leur compréhension.
Dans une conférence sur le leadership syndical, après un aperçu, entre autres, de la disposition mentale des leaders syndicaux et du rôle social des syndicats, les participants ont pu apprendre l'importance de s'engager dans le mouvement syndical tout en tenant compte des problèmes variés auxquels chaque pays est confronté et en adoptant une perspective à moyen et long terme.
Lors d'une conférence donnée par le Centre japonais de productivité, les participants ont reçu des explications sur les trois principes directeurs de la productivité et les relations patronat-syndicat à la japonaise, leur permettant d’approfondir leur compréhension des trois principes directeurs de la productivité dans le cadre des relations patronat-syndicat et leur contribution à l’amélioration de la productivité au Japon.
Dans une conférence de la Nippon Keidanren (Fédération des organisations économiques japonaises), les participants ont bénéficié d’une présentation du format souhaité des trois principes directeurs de la productivité du point de vue des employeurs ainsi que de la contribution des syndicats à l'amélioration de la productivité sur la base des relations et des pratiques patronat-syndicat à la japonaise.
Lors d'une conférence donnée par la Zenrosai Kyokai (Fédération nationale des syndicats de la mutualité nationale des travailleurs), la structure et l'histoire des coopératives à but non lucratif qui agissent en tant qu'entreprises de mutuelles d’assurance fondées sur l'esprit d'entraide ont été présentées aux participants, de même que le marché de la sécurité au Japon et ses caractéristiques.
Lors de la séance de suivi qui s’est tenue le dernier jour (discussions avec les directeurs de la JILAF), les directeurs ont répondu aux questions des participants de manière à leur permettre d’approfondir leur compréhension. Lors de la cérémonie de clôture, les participants ont proposé des plans d'action et ont exprimé leur détermination à davantage utiliser les connaissances qu'ils ont acquises dans le cadre du programme sur la base de leurs expériences respectives.

Voici les principaux points des plans d'action proposés par les participants :
(1) « Je vais partager des informations sur ce que j'ai appris dans le cadre de ce programme à mon organisation. J'étudierai le modèle du Japon pour l'éradication du travail des enfants. » (Confédération des travailleurs de Colombie [CTC])
(2) « Je vais m'efforcer de garantir l'emploi des personnes âgées, d'augmenter l'allocation de retraite des travailleurs ayant de nombreuses années de service, de réduire le temps de travail des mères célibataires pour l'éducation de leurs enfants ainsi que d'améliorer la sécurité sociale des travailleurs malades et handicapés. » (Confédération des travailleurs du Mexique [CTM])
(3) « Je vais essayer de faire progresser le statut des femmes dans le contexte de la pandémie de Covid-19. » (Union nationale des travailleurs [UNT ; Mexique])
(4) « Je vais encourager le renforcement des syndicats et de l'organisation des travailleurs, comprenant également les travailleurs non réguliers, et faire la promotion d’actions pour faire face à la Covid-19, de l'annulation des licenciements abusifs et de la révision de la législation du travail. » (Centrale unique des travailleurs [CUT ; Brésil])
(5) « Je vais créer des opportunités de visites de sites, concevoir un plan d'action pour la protection des travailleurs et établir un forum pour le dialogue tripartite. » (Force syndicale [FS ; Brésil])
(6) « Je vais m'efforcer d'améliorer la sécurité et la santé, d'élaborer des contre-mesures pour l’après chômage à l'étranger, de protéger les travailleuses et de davantage étudier le mouvement pour la productivité et les Commissions des relations de travail. » (Union générale des travailleurs [UGT ; Brésil])

Liste des organisations ayant participé à cette visite

Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires socialesRENGO (Confédération des syndicats japonais)
Centre japonais de productivitéNippon Keidanren (Fédération des organisations économiques japonaises)
Zenrosai Kyokai (Fédération nationale des syndicats de la mutualité nationale des travailleurs)

Un grand merci à tous.

Photos des participants

Cérémonie de clôture de la partie hispanophone (allocution du directeur général de la JILAF)

Session de questions-réponses de la partie lusophone

Cérémonie de clôture de la partie lusophone (allocution du président de la JILAF)