Séminaire sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail (IR) organisé au Cambodge en collaboration avec l’ITUC et la JILAF

Photo de groupe des participants du séminaire

La JILAF a organisé un séminaire de deux jours sur les relations patronat-syndicat et la politique du travail à Phnom Penh les 27 et 28 août en collaboration avec le Conseil Cambodgien de la Confédération Internationale Syndicale (ITUC-TC). Au total, 61 personnes ont assisté au séminaire.

Au début du séminaire, des allocutions d’ouverture ont été données par le vice-président de la Confédération cambodgienne des syndicats (CCTU) M. Soy Som On, le président de la Confédération syndicale cambodgienne (CLC) M. Ath Thorn, le président de la Confédération cambodgienne des unions (CCU) M. Rong Chhun, le coordinateur de l’Organisation internationale du travail (OIT) M. Tun Sophorn, le vice-secrétaire général de l’Association des fabricants de vêtement au Cambodge (GMAC) M. Kaing Monika, le deuxième secrétaire de l’Ambassade du Japon au Cambodge M. Maekawa, le président de la JILAF M. Hiroyuki Nagumo, et le directeur général du Ministère du Travail et de la Formation professionnelle du Cambodge M. Prak Chanthoeun. Leurs déclarations ont notamment formulé l’espoir de voir le séminaire contribuer à la stabilité de l’emploi et à l’établissement de relations patronat-syndicat constructives au Cambodge et, alors que la mondialisation continue de progresser, mis l’accent sur le besoin pour le Cambodge d’également tourner davantage son regard sur les tendances mondiales et les tendances économiques.

En ce qui a trait à la stabilité de l'emploi et l’établissement de relations patronat-syndicat constructives, la CCTU, la CCU et la CLC ont exposé leurs activités et positions respectives. Plus particulièrement, par rapport au salaire minimum du prochain exercice fiscal au Cambodge, la CCTU a affirmé que « bien qu’il doive être relevé en accord avec l’augmentation des prix, la décision doit être prise de manière globale en considérant également d’autres facteurs tels que la compétitivité internationale. » La CCU a fait le commentaire que « il doit être défini en tant que salaire garantissant un niveau minimum de vie pour les personnes et se baser sur ce standard ; l’attention ne doit pas se porter uniquement sur le taux de relèvement chaque année. » Quant à la CLC, elle a fait remarquer que « selon le point de vue que l’amélioration des conditions de travail renforce la motivation des travailleurs et conduit également à des profits plus importants pour l’entreprise, il faut qu’elle soit orientée vers un niveau approprié. »

Le président de la JILAF M. Nagumo a partagé une réflexion fondamentale sur les objectifs et le rôle des syndicats, et a parlé de l’importance de comprendre l’esprit d'auto-assistance, d’entraide et d’assistance publique dans le mouvement syndical, de la signification du fait de « travailler » en tant que moyen pour promouvoir l’épanouissement personnel et de l’importance d’éprouver de la fierté envers son propre travail.

Le leader du groupe de la JILAF M. Toshikazu Saito a donné un aperçu du contexte des efforts des syndicats japonais pour établir des relations patronat-syndicat constructives, comprenant le développement économique du Japon après la Seconde Guerre mondiale et la transformation du mouvement syndical. En guise d’exemples particuliers de l’établissement de relations patronat-syndicat par des syndicats japonais, il a ensuite présenté des cas tels que les efforts pour parvenir à une stabilité de l'emploi centrés sur le mouvement de production, les fonctions et les rôles des négociations patronat-syndicat et le système de consultation patronat-syndicat, les luttes syndicales du printemps, le dialogue social tripartite, ainsi que le mécanisme servant à déterminer la politique du travail.

M. Nuon Rithy, un consultant syndical au Cambodge, a insisté sur l’importance des « compétences générales » dans l’établissement de relations patronat-syndicat constructives, c’est-à-dire les capacités communicationnelles, le travail en équipe et le changement d’état d’esprit (pensée positive), de même que la posture envers le travail, la sincérité, la discipline, etc. Il a expliqué qu’au moment des négociations avec l’entreprise, les relations de confiance mutuelle peuvent être établies en se servant de ces compétences générales.

En ce qui concerne la mondialisation et le rôle des syndicats, le chef du groupe de la JILAF M. Saito a souligné des problèmes spécifiques auxquels sont confronté les usines de couture exploitées par des multinationales du vêtement en Asie (environnement de travail, conditions de travail, fardeau environnemental), puis, à propos du rôle des syndicats, il a mis en avant le besoin d’établissement de relations patronat-syndicat constructives, la réalisation du dialogue social, la formation des ressources humaines à cette fin, et la collaboration internationale entre les syndicats.

Dans les discussions en groupe qui ont suivi, les participants ont été divisés en quatre groupes afin de parler des mesures en vue de l’établissement de relations patronat-syndicat constructives et le rôle des syndicats au milieu du progrès de la mondialisation. Leurs présentations ont inclus des propositions pour la tenue régulière de réunions avec les employeurs (consultations patronat-syndicats), le patronat et le syndicat réfléchissant ensemble sur études de cas afin de savoir comment réagir lorsque des conflits patronat-syndicats éclatent, les efforts pour former et améliorer les compétences des représentants syndicaux des échelons supérieurs et l’approfondissement de la collaboration et de la coopération avec les organisations internationales du travail (ITUC, fédérations syndicales internationales, etc.).

Finalement, le séminaire s’est terminé avec une allocution de clôture de la part du président de la JILAF M. Nagumo, dans laquelle il a dit vouloir que « vous cherchiez à devenir de hauts représentants syndicaux en lesquels les membres de base ont confiance. Si vous y parvenez, vous pourrez gagner la confiance de votre entreprise et de la société, de même qu’améliorer les qualités sociales et l’intérêt général des syndicats. »

Programme

DateContenu
27/08Mar.Séminaire Jour 1 (lieu : Phnom Penh)
28/08Mer.Séminaire Jour 2 (lieu : Phnom Penh)

Photos des participants

Les participants écoutent attentivement un conférencier.

Discussions en groupe

Un participant fait valoir un point.