Équipe pour le renforcement et le développement de relations patronat-syndicat constructives

L’équipe pour le renforcement et le développement de relations patronat-syndicat constructives est venue au Japon du 29 (dim.) juillet au 4 (sam.) août.

Equipe invitée et membres de la JILAF

10 membres (dont 4 femmes) venus de 5 pays (l’Inde, l’Indonésie, la Thaïlande, les Philippines et la Malaisie) ont participé du 29 au 4 août à tous les programmes qui se sont déroulés comme prévu.

Les membres de cette équipe sont tous des leaders de syndicats appartenant aux entreprises japonaises où des relations patronat-syndicat constructives commencent à prendre pied (à l’exception des participants indiens (Conseil National des Syndicats Indiens (INTUC)). Ils sont invités car ils entretiennent des relations de confiance avec cet organisme, bien qu’ils ne soient pas des leaders syndicaux de l’entreprise japonaise). Cette invitation a pour but de renforcer et développer les relations patronat-syndicat en étudiant minutieusement les dernières tendances au Japon.

La visite par secteur industriel les a conduits à la JAM (Japanese Association of Metal, Machinery, and Manufacturing workers) où on leur a donné des cours sur les grandes lignes de l’organisation, les principes du mouvement syndical et les efforts actuels. Les participants se sont surtout intéressés à la situation actuelle des PME japonaises qui souffrent d’un écart avec les grandes entreprises et de l’absence de successeurs et à la situation des travailleurs étrangers, et ont activement posé des questions.

Une réunion d’information élargie sur la situation du travail a été organisée en prenant pour thème principal « les efforts du patronat et des syndicats au niveau del’égalité entre partenaires sociaux et de l’’autonomie ». Cette réunion a accueilli 36 participants dont des représentants (14 des syndicats, 1 du gouvernement, 1 de l’université, 2 des ONG, 9 de la JILAF) et 9 personnes indépendantes des organisations. 10 participants venus de 5 pays différents ont alors évoqué la situation la plus récente du travail dans chacun de leur pays et les bons exemples du partenariat équitable et autonome entre le patronat et le syndicat. Les rapports de chaque pays étaient les suivants :

・Inde :Pour le développement d’une entreprise, les travailleurs doivent participer activement à la gestion.
・Indonésie :Leurs activités syndicales sont menées tout en assurant le CLAPE (l’acronyme du slogan de la CITU (Confederation of Indonesian Trade Unions) : concept, lobbying, action, politics, economy) sans l’intervention des employeurs. L’existence des syndicats permet de développer la communication entre employeurs et travailleurs.
Thaïlande : Les syndicats discutent régulièrement avec les employeurs et partagent les informations sur la situation réelle interne et externe à l’entreprise. Les syndicats et les employeurs organisent conjointement des séminaires visant à faire perdurer l’entreprise et à créer de bonnes relations patronat-syndicat.
Phillipine : Ils tiennent une fois par mois une réunion de conseil pour discuter de l’amélioration de l’environnement et de la sécurité et de l’hygiène sur le lieu de travail.
・Malaisie :Ils font des efforts pour résoudre dans le cadre du Comité Patronal-Syndical, les problèmes auxquels les travailleurs font face.
À l’issu de la Réunion d’informations sur la situation du travail, les participants ont activement posé des questions sur le rôle et la responsabilité des employeurs et des syndicats tout en considérant leur position réciproque, et ont animé les débats.

Les participants ont proposé les plans d'action suivants :
・Faire des efforts pour sensibiliser les secteurs non syndiqués ( construction et agriculture) au mouvement syndical (Inde)
・Faire participer les syndicats aux débats sur l’investissement (Indonésie)
・Organiser un séminaire sur les relations patronat-syndicat (Thaïlande)
・Informer en temps réel les membres des syndicats sur l’actualité des conflits de travail (Philippine)
・Proposer aux patrons d’introduire un système de consultation entre employeurs et travailleurs(Philippine)
・Expliquer aux membres des syndicats l’importance du mouvement du travail et le rôle des syndicats (Malaisie)
・Augmenter le nombres de syndiqués dans leurs propres organisations et le secteur électronique : Faire passer de 3000 à 20000 le nombre de syndiqués d’ici 2020 (Malaisie)

Liste des organisations ayant participé à cette visite

Zenkoku Rodo Iinkai Rodoshagawa Iin Renraku Kyogikai (Comité national de liaison du comité des relations de travailJAM (Japanese Association of Metal, Machinery, and Manufacturing workers)

Un grand merci à tous.

Photos des participants

Echange de points de vue entre participants (Zenkoku Rodo Iinkai Rodoshagawa Iin Renraku Kyogikai)

Visite à la JAM

Présentation de la situation du travail dans chaque pays (Réunion d’information élargie sur la situation du travail)